Pourquoi se faire vacciner aujourd’hui ?

  • Nom du fichier : Pourquoi se faire vacciner aujourd hui
yes /

Télécharger

« Tout le monde a une santé de fer dans la famille ; je n’ai jamais été vacciné et je ne suis jamais tombé malade, alors est-ce encore la peine de se faire vacciner ? »

Ici, les personnes non vaccinées peuvent avoir tendance à oublier que leur bonne santé repose principalement sur la protection fournie par la communauté vaccinée. En effet, lorsque la majorité d’une communauté est vaccinée, les chances sont faibles pour qu’un individu porteur de la maladie infecte quelqu’un d’autre et déclenche une épidémie. L’immunité collective est très précieuse et il est dans l’intérêt général que tout le monde y contribue car elle protège les personnes qui ne peuvent être vaccinés telles que les bébés trop jeunes pour recevoir un vaccin, les personnes allergiques à un des composants du vaccin, les femmes enceintes, ou encore les personnes immunodéprimées (par une maladie ou une chimiothérapie).

« Grâce aux vaccins toutes ces maladies sont désormais rares, alors est-ce encore la peine de vacciner les bébés ? »

Pour chaque maladie, on peut estimer le pourcentage de la population vaccinée nécessaire pour éviter une propagation. Ce seuil dépend de la rapidité de propagation de la maladie, de l’efficacité du vaccin, et de la répartition des personnes non vaccinées1,2. Pour la plupart des maladies ce seuil se situe entre 75 et 85% de la population. Il peut être au-dessus de 90% pour la rougeole et la coqueluche car ces maladies se propagent très rapidement3. Ainsi, il semble que vacciner son enfant le protège lui, participe à l’immunité collective et protège les personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner.

Il est important d’ajouter que même si les maladies sont plus rares, les bébés restent tout de même vulnérables. Un enfant non vacciné a aujourd’hui 60 fois plus de chances d’attraper la rougeole qu’en enfant vacciné et 20 fois plus de chance d’attraper la coqueluche4,5. De nombreuses études soulignent que les communautés comportant des enfants non vaccinés, sont les plus à risque de voir émerger des épidémies6–10. Enfin dans le cas improbable qu’un enfant vacciné attrape la rougeole ou la coqueluche, les études montrent que les symptômes seront moins sévères et de plus courte durée11,12.

« Avec l’amélioration des conditions d’hygiène, et les progrès de la médecine plutôt, est-ce encore la peine de vacciner les bébés ? »

L’amélioration des conditions d’hygiène, et les progrès de la médecine a sans doute joué un rôle dans la diminution drastique des cas d’infections et de la mortalité. Mais est-ce la seule raison ? On constate en effet que les vaccins qui apparaissent au même moment sont systématiquement associés à cette baisse quels que soient les pays ou les périodes concernés (Voir les nombreux graphiques recensés ici par exemple).

Il existe aussi d’autres exemples de vaccins introduits récemment comme la varicelle (1995) et le rota virus (2006) qui sont important à regarder. En effet, il n’y a pas eu d’avancées radicales de l’hygiène ou de la médecine pendant cette période, mais ces vaccins ont clairement réduit les cas d’infections et de mortalité chez les enfants. Avant l’introduction du vaccin, la varicelle causait environ 11000 cas d’hospitalisation et 100 morts par an aux Etats-Unis. Depuis l’introduction du vaccin, ces nombres ont diminué de 90%13,14.  Quant au rota virus, on comptait avant l’apparition du vaccin aux États Unis 600 000 visites d’urgence chez le médecin, 67 000 admissions à l’hôpital et une trentaine de morts par an. Apres l’introduction du vaccin, on estime en 2010 à une diminution d’environ 90% le nombre d’hospitalisation pour le rota virus chez les moins de 2 ans15.

Références

1             Fine, Paul, Eames, Ken and Heymann, David L. (2011) ‘“Herd Immunity”: A Rough Guide’. Clinical Infectious Diseases, 52(7), pp. 911–916.

2             Rashid, Harunor, Khandaker, Gulam and Booy, Robert (2012) ‘Vaccination and herd immunity: what more do we know?’ Current Opinion in Infectious Diseases, 25(3), p. 243.

3             Smith, Peter G. (2010) ‘Concepts of herd protection and immunity’. Procedia in Vaccinology, 2(2), pp. 134–139.

4             Feikin, Daniel R., Lezotte, Dennis C., Hamman, Richard F., Salmon, Daniel A., et al. (2000) ‘Individual and Community Risks of Measles and Pertussis Associated With Personal Exemptions to Immunization’. JAMA, 284(24), pp. 3145–3150.

5             Glanz, Jason M., McClure, David L., Magid, David J., Daley, Matthew F., et al. (2009) ‘Parental Refusal of Pertussis Vaccination Is Associated With an Increased Risk of Pertussis Infection in Children’. Pediatrics, 123(6), pp. 1446–1451.

6             Atwell, Jessica E., Otterloo, Josh Van, Zipprich, Jennifer, Winter, Kathleen, et al. (2013) ‘Nonmedical Vaccine Exemptions and Pertussis in California, 2010’. Pediatrics, p. peds.2013-0878.

7             Omer, Saad B., Pan, William K. Y., Halsey, Neal A., Stokley, Shannon, et al. (2006) ‘Nonmedical Exemptions to School Immunization Requirements: Secular Trends and Association of State Policies With Pertussis Incidence’. JAMA, 296(14), pp. 1757–1763.

8             Omer, Saad B., Enger, Kyle S., Moulton, Lawrence H., Halsey, Neal A., et al. (2008) ‘Geographic Clustering of Nonmedical Exemptions to School Immunization Requirements and Associations With Geographic Clustering of Pertussis’. American Journal of Epidemiology, 168(12), pp. 1389–1396.

9             Glanz, Jason M., McClure, David L., Magid, David J., Daley, Matthew F., et al. (2010) ‘Parental Refusal of Varicella Vaccination and the Associated Risk of Varicella Infection in Children’. Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine, 164(1), pp. 66–70.

10           Glanz, Jason M., McClure, David L., O’Leary, Sean T., Narwaney, Komal J., et al. (2011) ‘Parental decline of pneumococcal vaccination and risk of pneumococcal related disease in children’. Vaccine, 29(5), pp. 994–999.

11           Barlow, Russell S., Reynolds, Laura E., Cieslak, Paul R. and Sullivan, Amy D. (2014) ‘Vaccinated Children and Adolescents With Pertussis Infections Experience Reduced Illness Severity and Duration, Oregon, 2010–2012’. Clinical Infectious Diseases, 58(11), pp. 1523–1529.

12           Mitchell, Peter, Turner, Nikki, Jennings, Lance and Dong, Hongfang (2013) ‘Previous vaccination modifies both the clinical disease and immunological features in children with measles’. Journal of Primary Health Care, 5(2), pp. 93–98.

13           Seward, Jane F., Watson, Barbara M., Peterson, Carol L., Mascola, Laurene, et al. (2002) ‘Varicella Disease After Introduction of Varicella Vaccine in the United States, 1995-2000’. JAMA, 287(5), pp. 606–611.

14           Guris, Dalya, Jumaan, Aisha O., Mascola, Laurene, Watson, Barbara M., et al. (2008) ‘Changing Varicella Epidemiology in Active Surveillance Sites—United States, 1995–2005’. The Journal of Infectious Diseases, 197(Supplement_2), pp. S71–S75.

15           Panozzo, Catherine A., Becker-Dreps, Sylvia, Pate, Virginia, Weber, David J., et al. (2014) ‘Direct, Indirect, Total, and Overall Effectiveness of the Rotavirus Vaccines for the Prevention of Gastroenteritis Hospitalizations in Privately Insured US Children, 2007–2010’. American Journal of Epidemiology, 179(7), pp. 895–909.

Date de dernière mise à jour : 06/10/2018

×